si les québécois savaient…

Alors que les foires aux vins françaises battaient leur plein fin septembre, la SAQ ( monopole de la distribution d’alcool au Québec ) lançait son opération  » Foire aux vins français ». Bons spots télépréparés par l’agence Sidlee, où l’on voit de « maudits » français aux prises avec une pénurie aussi inattendue qu’improbable : la faute à la SAQ bien sûr, qui comme tout bon québécois le sait a l’art de gonfler ses arguments de vente autant que les prix de ses bouteilles ( et ce quel que soit le taux de change ). Il faut toute la placidité et la bonne humeur du public québécois pour oser un message pareil; il faut aussi prier pour que tous ceux qui l’automne venu débarquent chez les cousins n’aillent pas trop visiter le premier Leclerc du coin. Parce que, pauvres habitants de la Belle province, entrer dans un supermarché français pendant la Foire aux Vins, c’est comme découvrir qu’on vivait dans un pays communiste sans s’en douter : le misérable inventaire de la SAQ fait pâle figure devant l’abondance française; les vins californiens coûtent 2 fois moins cher à Nantes que sur la rue Maisonneuve même après avoir traversé l’Atlantique; les bonnes affaires viennent par palette et non par caisse. Bref, la caverne d’Ali Baba. Et la gueule de bois assurée de retour au pays du $CAN. 
Je me demande , en ces temps de voyage sur Air Transat pas chers, combien de temps on pourra faire sourire et convaincre le public québécois avec ce type d’arguments… Mais les monopoles n’ont pas ce genre d »état d’âme ! Moi, je ris jaune. Et ma moitié française rit sous cape. Allez , santé !

Publicités