Archives L’envers de la Pub

De l’automne 2003 à l’été 2006, j’ai analysé chaque semaine une création publicitaire, le plus souvent québécoise, parfois internationale, dans une page du quotidien La Presse Cette page s’intitulait « L’envers de la pub » et elle participait au renouveau du cahier Affaires de la Presse, sous la direction de Stéphane Lavallée.Image_2

Vous trouverez ci dessous quelques-uns des textes publiés dans ce cadre, dans leur version word. Les titres ne correspondent donc pas toujours à ceux retenus par le chef de pupitre de La Presse. Merci aux agences qui ont joué le jeu pendant toute cette période et à La Presse Affaires pour la totale liberté de ton…

YES WE CAN 2006: Le Superbowl est non seulement un grand événement publicitaire mais également une excellente occasion de prendre le pouls du moral de la société américaine. 2006 ne fut pas un crû extraordinaire en terme de créativité… mais le grand gagnant fut , une fois de plus, Budweiser. Notamment avec un message très sympathique mettant en scène les fameux chevaux « Clydesdales », quintessence du american spirit. En Amérique, « si tu veux, tu peux » fait partie du pacte social. En 2008, ça a donné : Yes we can.( voir article )

LA VICTOIRE DU LAIT: Au Québec, la Fédération des Producteurs de Lait est une référence publicitaire. Dans le paysage depuis plus de 30 ans, cet annonceur a su si bien innover et renouveller son discours qu’au fil des années, ce produit générique a accompli l’exploit de devenir … une marque. Cet article marque le passage très réussi d’une campagne ( la campagne blanche ) devenue « culte » pour tous les québécois à une nouvelle plateforme, qui selon moi réussissait l’exploit de faire encore mieux. Plus moderne, tout aussi forte dans le lien avec le public, plus stratégique quant aux objectifs de l’annonceur ( faire consommer plus de lait ). C’est aussi un article qui rend hommage au travail du musicien , en l’occurence Paul Maco, qui fut « révélé » par la composition créée à l’occasion.( voir article )

NIKE+MTL: Quand du Nike fait du local, ça donne aussi des petits bijoux. Très belle campagne pour une course à Montréal, autour des archétypes de la ville. ( voir article )

AU BONHEUR DES HOMMES : où comment Bud réinvente les origines du féminisme. Jubilatoire, complètement politically uncorrect, un super film signé Down Town Partners Toronto.( voir article )

SOUS LES PAVÉS LA PUB: Je sais, titre facile. Au Québec, le vrai titre était  » la Révolution tranquille de la pub « . Malgré tous les points idéologiques qu’elle soulève, j’ai adoré la campagne de Leclerc conçue par Australie en 2005 à partir de l’imagerie 68. Petit parallèle avec le marché québécois où les épiciers sont bien bien loin de ce type de discours engagé…qui s’il est discutable sur le fond, est impeccable sur la forme.( voir article )

BARRAGE DE CASTOR( voir article ): ou comment revivre les premiers pas de la « plateforme Jules et Bertrand » de BELL qui depuis sont morts et enterrés. Ce que la fin de l’article laisse d’ailleurs entrevoir 🙂 Pour Québécophiles avertis !

EMBARQUEMENT IMMEDIAT :Air France et le travail d’orfèvre de BETC Euro RSCG.

SIMPLICITÉ VOLONTAIRE( voir l’article ): Une pub qui ne réconcilie pas avec les médecins pour une service télé innovant à l’époque ( aujourd’hui encore d’ailleurs ), ETC.tv

QUAND LES FRANÇAIS DÉBARQUENT AU QUÉBEC: ou plutôt tous les clichés québécois au sujet des « cousins », revu par Mastercard. voir l’article.

COLATOONS: Le mariage de Coke et de Charlebois. Voir article

QUAND LA PUB NE NOUS ÉPARGNE PAS:En pleine crise financière et économique, ce flash back sur une campagne pour une institution financière , Mackenzie, prend une teinte encore plus aigre-douce. Pour les non québécois, le REER est un placement épargne retraite permettant d’économiser de l’impôt; chaque année, cela donne lieu ( avant la déclaration fiscale et la date limite de placement ) à de gros investissements publicitaires de la part des banques. ( voir article )

Publicités