Short cut ( top 3 de la semaine )

L’exercice est toujours très subjectif mais puisque nous
sommes entre nous, voici ma sélection de la semaine. dans le monde des médias,
de la com’ et dans la blogosphère. 

• la fausse note de Crispin sur BK

 

Image 5

Pas de doute, et quel que soit le fanatisme de ses
partisans, l’agence Crispin Porter+ Boguski a pêché par ethnocentrisme et
manque de recul avec le film Burger King 
«  Whopper virgins »  .
La virginité en question est celle de quelques « peuplades »
reculées, dénichées par nos chers publicitaires, et n’ayant jamais goûté
un burger de leur vie.

Aux Usa comme dans la blogosphère francophone (même
Lepost.fr s’en fait l’écho ), accueil au mieux désolé, au pire désastreux, pour
ce petit film réalisé comme un documentaire, dans une débauche de moyens
techniques qui ne fait que renforcer notre malaise. Je ne reprendrai pas mes
commentaires à ce sujet, mais jetez un coup d’œil chez
Gaduman  et Blog de nuit les réactions sont sans équivoque et d’autant plus intéressantes qu’elles
viennent pour la plupart de gens de l’industrie. Après Obama, le monde entier
semblait croire que la condescendance made in America était chose du passé :
avec Whopper Virgins, on revient sur terre….


• Médias : 2009, année noire pour la pub, quoi que …

 L’avalanche de – mauvaises – nouvelles économiques sous
laquelle nous croulons fait-elle perdre tout sens de la mesure aux médias ?

 Cette semaine, dans les Échos, on trouvait plusieurs articles concernant les
études de Zénith Optimedia ou
de Group M (WPP) sur les investissements publicitaires : les deux s’accordant sur une baisse
d’environ 0,2% des dépenses mondiales, avec bien sûr de grandes disparités
selon les continents ( l’Amérique du Nord étant la plus durement frappée à -5,7
% , Amérique Latine + 14,9 % selon Zénith ) et les médias ( télé et internet
seraient les grands gagnants de la réallocation des investissements ). Pour l’Europe
de l’Ouest, récession aussi : -1%. Cela n’était pas arrivé depuis l’explosion
de la bulle internet en 2001, et le creux annoncé pour 2009 sera pire selon les
experts.

Quoi que ? Deux jours plus tard, les Échos publient un
autre papier
 annonçant que les « annonceurs français n’entendent pas couper dans
leurs budgets pub » pour l’année à venir mais plutôt procéder à des réajustements
dans le plan média : concentration des efforts sur les médias à fort
impact, arbitrage internes sur les produits / marques à priviliégier en temps
de crise. En somme, une communication optimisée mais pas revue à la baisse. Cet
article signé par Cyril Altmeyer de Reuters tire ses affirmations enthousiasmantes
de plusieurs entrevues avec de grands annonceurs français ( automobile, banques
… ).

Quelle conclusion tirer ? Que les annonceurs
français feraient preuve d’un optimisme et d’un volontarisme qu’on ne retrouve
nulle part dans le quotidien de cette nation ? Que les études mondiales
seraient alarmistes ? Ou que les médias économiques – qui se targuent d’être
des outils d’aide à la décision – n’aident pas beaucoup à se faire une idée
juste de la situation?

On aurait bien aimé une mise en perspective de ces trois
papiers, pas nécessairement contradictoires mais à la tonalité bien différente.
L’information économique a une vraie carte à jouer en période de crise. À l’heure
où la presse mondiale souffre, où faire payer l’information devient de plus en
plus délicat, elle a la chance de pouvoir se prétendre utile et donc de se valori$er.
Encore faut-il s’extirper du flux quotidien et avoir un plan.

• le web fait-il progresser ou régresser le QI collectif de
l’humanité ?

LeWeb'08, grande messe du web et de ses tendances, a eu
lieu la semaine dernière à Paris. Événement toujours très stimulant pour les
neurones et dont on peut retrouver
toutes les vidéos sur le site de l’événement.
Loïc Le Meur , l’organisateur, a eu l’excellente idée d’inviter une des sources
d’inspiration du Web3 ( premier nom du Web08 ) : Chris Anderson, directeur des contenus de TED. Son
intervention, menée de main de maître au milieu d’une marée de blogueurs enchaînés
à leur ordi, a le grand mérite de nous interpeller : le savoir humain, l’intelligence
progressent-t-ils grâce à internet ? Oui, sommes-nous tentés de répondre
spontanément. Chris Anderson commence plutôt par «  the dark side of the
web »
et c’est passionnant.


Live Broadcasting by Ustream

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s