Quelques bonnes raisons de rester positif

Image 5

Juste dans les deux dernières semaines, j'ai dû relever une quinzaine de mauvaises nouvelles pour les médias ( US notamment, mais pas seulement ) et la communication ( chiffres 2008 déjà alarmants pour la pub en France par exemple ) et c'est sans compter l'information économique pure ( je pense entre autres au très alarmant rapport d'Europe 2020, chercheurs qui annonçaient l'actuelle débâcle depuis 3 ans , sur une cessation de paiement du gouvernement américain ). 

Plutôt que de contribuer au déluge quotidien, et pour terminer gaiement une semaine commencée sous le soleil australien ( à haute teneur en optimisme c'est reconnu ), je préfère donc me concentrer sur quelques nouvelles dynamiques et/ou encourageantes, issues de la presse et de blogs. Plusieurs concernent d'ailleurs les marques, au coeur de la tourmente certes, mais surtout valeur-refuge pour les entreprises.

• Google, IKEA, championnes du "speak less, act more" 


La Tribune publiait cette semaine le baromètre de la cote d'amour des
marques en France : "
Brand acts observer
", réalisé en
collaboration par Leo Burnett et BVA. 
L'analyse
qui l'accompagne, signée Isabelle Musnik et dans laquelle on retrouve l'expert
du
BEC Institute Georges Léwi, met en valeur plusieurs points
intéressants. Ce sont les marques qui "changent la vie", sous
entendu qui l'améliore vraiment, au quotidien , qui arrivent en tête. Par
ailleurs, une communication intense -et réussie- n'est pas la garantie de la
cote d'amour attribuée: les français aiment d'abord les marques qui "font
ce qu'elles disent", plus que celles qui communiquent à tout va. Google,
numéro 1 sur tous les secteurs et critères confondus, est d'ailleurs jugée peu
originale dans sa communication. Ce n'est certes pas le cas d'IKEA, dont les
campagnes de
La Chose collent
parfaitement au vécu du consommateur, et à l'ADN " sympathique, pratique,
pas prétentieux" de la marque suédoise.
DECATHLON
( enseigne de sport dont les produits maison sont réputés pour leur innovation
et leur design ) fait aussi partie du trio de celles qui "forcent le
respect". 

Effet de crise ? On notera en tout cas que celles qui arrivent en tête sont toutes des marques généreuses dans leur politique de prix. Et que l'effort d'innovation ( dont l'innovation design ) est non seulement totalement assimilé par les consommateurs mais valorisé et donc payant. Passionnant en tout cas à l'heure où bien des directions marketing/ com' s'interrogent sur l'arbitrage des investissements 2009.

• L'innovation ne connait pas la crise

Passionnant aussi ce billet de Frederic Filloux dans le Monday's note de demain : "Innovation is recession-resistant" est une très belle analyse de l'impact quasi nul des grandes récessions du siècle dernier sur le rythme et la qualité des innovations introduites. Chiffres et faits à l'appui, ce billet ne peut que rendre heureux puisqu'il démontre indirectement que la frilosité ambiante n'empêche pas les grandes idées produit de jaillir. On ne poussera pas le bouchon jusqu'à prétendre que c'est même l'inverse ( la récession stimule l'innovation, ça ferait un peu trop "pensée magique" ). Mais se souvenir qu'internet a été inventé pendant la récession causée par le premier choc pétrolier, ça console !

Top 10 des marques à suivre de Monocle

Idead:monocle

Dans son numéro de janvier 2009, Monocle, la revue économique ultra trendy de Tyler Brûlé, publiait son classement des marques à surveiller. 

Parenthèse : Monocle fait partie de ces magazines presque irrésistibles en kiosque ( les couvertures, la DA, le papier, tout est fait pour séduire ) qui me tombe finalement des mains dès que je commence leur lecture : trop d'info ? trop d'incitations au butinage d'une page à l'autre ? C'est un mystère, mais le fait est que depuis presque deux mois, je regarde ce numéro 19 sur mon bureau sans en avoir lu plus que le quart. Je suis curieuse de connaître vos impressions de lecture sur les magazines économiques, Monocle ou autres. 

Image 1

Good news, une marque française et une canadienne apparaissent au classement. En France, c'est Picard Sugelés qui retient l'attention ( enseigne de surgelés haut de gamme pour gourmets , célibataires urbains ou femmes pressées ). 19 % de PDM en France, 750 magasins. Croissance prévue entre 4 et 8 % pour 2009 avec, excellente nouvelle, l'ouverture de nouveaux magasins à l'étranger: le Canada fait partie des plans. Nul doute que les montréalais vont adorer les petits fours et autres plats préparés, tout comme la qualité extrême des légumes congelés. 

Côté canadien, j'ai découvert Iogen, entreprise d'Ottawa. Alors que le succès des bio-carburants fait flamber le prix des denrées alimentaires comme le maïs, Iogen développe un ethanol nouvelle génération, réalisé à partir des résidus de récolte ( ce qui reste dans les champs après récolte en fait ). Une raffinerie en Saskatchewan est prévue. Et les capitaux de Shell ou Goldman Sachs affluent. L'innovation, surtout dans les domaines du développement durable, ne connait pas la récession. 

• Les communautés virtuelles plus populaires que le email

Les activités de réseautage et communautés virtuelles viennent, selon le dernier rapport Nielsen, de passer en quatrième position des pratiques les plus populaires sur le web. Sur Blog de Nuit, Olivier Mermet dont c'est un peu la spécialité, analyse les résultats du rapport. Et fait ressortir que les 35-65 ans constituent désormais le segment le plus dynamique de nouvelles inscriptions sur Facebook. À lire.
Image 3
 

NB: la photo d'intro est tirée du site Jon Gordon
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s