Short cut : création web, la marque Chine et l’influence

Le dimanche, surtout quand il est nuageux et lourd comme aujourd'hui à Montréal, peut s'avèrer un bon moment pour prendre le temps d'un peu d'exploration web, de lectures de fond et de rattrapage de nouveautés en tous genres. C'est tout l'objet de ce best of, qui démarre avec l'excellente initiative du bureau français de l'IAB : le premier Webmagazine vidéo dédié à la publicité interactive et notamment sa section " Créa".


LE MEILLEUR DE LA CRÉATION WEB

J'ai souvent salué dans IdeAd le travail de recherche ou les conférences données par l'IAB Canadien. L'initiative française IAB TV , en partenariat avec Dailymotion, s'annonce riche de contenus et à suivre. Pour l'heure, cette première livraison du Buzz Créa d'Antoine Créhalet me convient parfaitement : il répertorie les meilleures créations interactives par type de format publicitaire et par objectif ( geomarketing, colecte de données, sondage, contrôle souris, fonctionnalités 2.0 etc…. ), sans se limiter au territoire français. Le Journal du Net fait également des sélections mensuelles mais uniquement sur les campagnes françaises et surtout beaucoup moins variées en terme de format innovant.

4 minutes pour avoir un aperçu de ce qui se fait de mieux en pub sur la planète web : on aime.

COMMUNICATION ET INFLUENCE

Réflexion de fond sur ce que doit être aujourd'hui la stratégie d'influence pour une nation ou une entreprise : Alain Juillet, homme au parcours aussi étonnant que bluffant ( entre public et privé , de l'armée française à Jacobs Suchard, Pernod Ricard ou Marks&Spencer ), répond aux questions de Bruno Racouchot de Comes Communication ( non, il ne s'agit pas du tout d'une boite de pub ! ). On peut télécharger gratuitement le document en cliquant ici.
En voici l'intro :

Alain Juillet quitte ses fonctions de Haut responsable à l'intelligence économique auprès du Premier ministre [ NDLR: français ]. Au cours d'un long entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, il précise sa définition de l'influence et dresse les grandes lignes de nouvelles stratégies communicationnelles. Etat des lieux, bilan et perspectives, à travers une approche tout à la fois théorique et pragmatique.


Et un extrait : 

La clé de la réussite est de parvenir à différencier 
la structure en la valorisant. Il ne s'agit plus de communi- 
quer sur le produit, mais d'acquérir une identité forte à tra- 
vers un discours récurrent, haut de gamme, différenciant 
et structuré. Là, on est typiquement dans l'influence. Alors 
que, quand on évolue dans une communication sur le pro- 
duit, l'auditeur n'y croit pas, d'abord parce que celui qui 
parle ne peut être à la fois juge et partie. 

Le succès des ONG répond à cette même préoccupation. 
On sait que plus de 70 % d'entre elles sont plus que dou- 
teuses quant à leur mode de fonctionnement et leurs ob- 
jectifs véritables. Néanmoins, leur succès tient à ce que ce 
sont des agents d'influence. Pour un bon nombre d'entre 
elles, derrière leur façade affichée, leur vocation première 
réside en la pratique opérationnelle de l'influence. 

LA STRATÉGIE DE MARQUE DE LA CHINE , LA NAÏVETÉ DES OCCIDENTAUX

Image 1 


Deux opinions publiées par la Tribune se sont télescopés la semaine dernière, évoquant la "menace chinoise" ou celle des deux monstres asiatiques que sont la Chine et l'Inde. 

Après l'époque des sweats shops, celle des contre-façons, arrive le temps des marques commerciales chinoises conquérantes, n'ayant plus grand chose à envier ni à apprendre de leurs modèles étrangers. L'éditorial de François Lenglet a le mérite d'être clair : les occidentaux ont accepté de transférer leur savoir-faire technologique, ils n'auront bientôt plus que leurs yeux pour pleurer. 

Les agences de publicité installées en Chine sont-elles en train de commettre la même erreur qu'Airbus et autres groupes industriels ? Les Chinois seront-ils bientôt rompus aux techniques du branding ? Dans un monde en recomposition comme celui de l'industrie de la communication, dans une industrie d'idée plus que de savoir-faire, le danger est peut-être moindre. Mais c'est probablement à surveiller ?

François Pitti pour sa part évoque les progrès considérables de l'Inde et de la Chine à faire de leur nation une marque, cad de se positionner économiquement et politiquement dans le "concert des nations" et à renforcer, ce faisant, leurs jeunes marques commerciales. "Brand China", c'est le nom du programme très officiel du parti. 

Difficile à cette lecture de ne pas se remémorer les efforts, tentatives et insuccès de l'administration Bush ( et de Charlotte Beers ) au lendemain du 11 Septembre pour revamper " Brand America "…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s