Gratuit … ou presque

Le fric n'est plus très chic. Dacia, marque low-cost de Renault, aimerait même nous faire croire qu'il est désormais très ringard de dépenser beaucoup pour une voiture. Dans ce message conçu entre Paris et Frankfurt par Publicis, la vie d'un homme défile au gré de ses achats automobiles et de la classique surenchère " j'en veux une plus grosse ". Jusqu'au jour où bien sûr, il se lasse de ce superflu et tombe en amour avec une Sandero. Comme par hasard, il est devenu entre temps un type bien, qui ne veut plus épater ni la galerie, ni son patron ni les bimbos: juste sa femme et ses enfants.  

Bref, en 25 secondes, Dacia nous explique : 1/ comment rompre un cercle vicieux 2/ comment une voiture peut nous faire économiser temps et énergie pour se consacrer à l'essentiel…


Le film est habile et bien réalisé. Vendre du low-cost sans dire que cela en est, ne pas tomber dans la braderie et l'argument prix à tout prix, procurer en douce une foule d'arguments plaidant en faveur de cet achat raisonnable et dépourvu de passion s'il en est: en somme injecter un peu de désir dans un segment peu palpitant ( mais en plein développpement ) de l'industrie automobile, la stratégie est intelligente. Et en cohérence avec l'ensemble de la gamme Renault, marque qui se positionne presque systématiquement désormais sur le terrain de l'authenticité ( pensez à la Twingo, la Clio III ou même à la Mégane Coupé ). 

Acheter une voiture pour avoir l'air de ce qu'on est ou pour ne pas avoir d'air du tout: alors que la première Nano ( " la voiture la moins chère du monde" ) été livrée à Mumbai le 17 juillet, il était temps pour Dacia de redéfinir son territoire !


Image 6

Pendant ce temps, Chris Anderson a lancé son livre sur la "gratuitéconomie", déjà largement évoquée ici. Déclenchant vagues et polémiques chez les gourous US ( Godin et Malcom Gladwell s'en sont mêlés ). 


Image 5 


Je n'ai pas encore lu le livre, qui, c'est logique est gratuit via Scribd. Enfin, presque. Il faut être américain pour downloader gratuitement le livre. Preuve que la gratuité a bien ses limites ( gégraphiques ) et que même si le fric n'est plus très chic, il a encore quelques intérêts 🙂

Alors astuce pour tous les non-américains désirant quand même tester ces belles idées sur la gratuité: on peut télécharger gratuitement la version audio, lue par Anderson himself sur audible.com. Il suffit d'ouvrir un compte ( gratuit ) et à vous le podcast. Bonne écoute ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s