Spots Adidas : tout sauf Originals

À l’occasion du lancement du 2e
opus de Adidas Original ( The Street ) créé par l’agence montréalaise  Sid Lee, exprimons tout haut ce que
plusieurs pensent tout bas: beaucoup d’argent, beaucoup de people, joli buzz… mais pas d’idée !

En fait, le plus intéressant de l'expérience Adidas Originals, c'est la performance incroyable de l'agence à faire valoir le spot. Comme si l'aura créative et innovante de Sid Lee suffisait à instiller au clip une originalité transcendante. En s'appuyant bien entendu sur le fait qu'une grande marque comme Adidas ne peut pas non plus vraiment se tromper. Win win situation

Au final, ce n'est ni mauvais ni passionnant. Juste une vidéo bâtie pour Youtube. Truffée de clichés comme les clips de rappers. Très bonne musique, bon réal, esthétique urbaine avec une pincée d'esprit bad boy pour donner l'impression que la marque ose et s'encanaille : la recette du "cool" millimétrée, sans surprise. Zéro disruption. Zéro innovation. 

Le grand art est donc ailleurs. 

Rendons hommage aux RP de Sid Lee qui obtiennent autant de couverture de presse pour un spot qui
ressemble plus à une pub de bière des 90's qu’à une création originale pour une marque mythique. 

Ce n'est pas anodin : je reste convaincue que l'art de l'influence est l'avenir de la com'. Chapeau donc.

Hommage aussi aux dirigeants de l'agence qui ont su mieux que quiconque s'appliquer leur théorie, le "capital conversationnel". Le développement et la philosophie Sid Lee constituent une superbe réussite et un très beau sujet: la marque Sid Lee a désormais une équité presque aussi forte que celle de ses clients. 

Puissent toutes ses productions être aussi bien ciselées et l'avenir de la discipline est assuré. 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Spots Adidas : tout sauf Originals »

  1. En tant qu’étudiante en marketing et m’intéressant particulièrement au e-makerting, votre article vient contredire ce qu’on me disait la semaine dernière où j’apprenais qu’il était difficile de créer un buzz marketing, qu’il fallait avoir de l’imagination et beaucoup d’originalité. Il est donc intéressant de voir qu’il existe peut-être une recette pour faire un buzz. Un clip avec une esthétique léchée, qui donne aux consommateurs ce qu’ils veulent voir, beaucoup d’argent et le tout créé par une agence avec un nom bien établit. Je vois dans cette situation une recette magique pour réussir. Voilà, qui me donne une idée plus claire de ce qui arrive réellement sur le terrain.

  2. D’un autre coté, de quel buzz parle-t-on ?
    À peine 1 million de visionnements en 2 semaines pour une pub qui se veut mondiale… Ça fait quoi ? 100 000 au Canada, 200 aux US, 100 en France, 100 au UK, etc. Bref, un « petit » succès (ou un petit flop) un peu partout dans le monde.
    Pour mémoire, certains clips des têtes à claques, qui s’adresse uniquement au monde francophone, ont été visionnés plus de 4 millions de fois. Je trouve qu’on a le « buzz » un peu facile en ce moment.

  3. @ JF FRemaux :très bonne remarque car il y a buzz et buzz; En l’occurrence, je pensais plus au relai systématique des médias sur ce type de vidéo ( RP ) plus qu’au marketing viral. Vous avez raison, ces chiffres ne sont pas si spectaculaires, même si en la matière , on entend les trompettes sonner dès que la barre des 500 000 est franchie 🙂 Encore une fois ce qui m’étonne et m’émerveille, c’est la disparition d’esprit critique des médias ( en ont-ils me direz-vous ? ) face à un objet au final très conventionnel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s