Le bonheur est dans les RP, la suite

Influenceidead 

 

Deux nouvelles récentes viennent ajouter une couche aux billets déjà écrits ici sur la montée en puissance des RP, et sur l'importance résolument actuelle des stratégies d'influence.

Les deux se font un écho presque parfait, quoi qu'évoquant deux études parfaitement distinctes géographiquement. La lettre de la FPJQ – souvent riche d'infos concernant les études sur les médias à travers le monde – donnait le ton :

Les nouvelles de plus en plus dépendantes des relations publiques : 

La réduction de leur nombre, l'augmentation de leur charge de travail et la croissance des médias sociaux amènent les journalistes à compter de plus en plus sur les relations publiques pour trouver des idées et des experts, montre une recherche commanditée par PR Newswire et CNW. Pressés par le temps et la nécessité d'alimenter sans cesse leurs médias, les journalistes seraient plus réceptifs aux propositions des relationnistes. Ceux-ci utilisent d'ailleurs de plus en plus les réseaux sociaux pour les faire valoir, en formatant leur message sur mesure en fonction des diverses plate formes. La recherche a été effectuée au Canada et aux États-Unis.

L'étude en question, menée par CNW au Canada et aux US, démontre bien en effet, que la soi disant distinction éthique entre "blogueurs" et journalistes devient aussi mince qu'artificielle. Je sais que ces lignes feront hurler,  mais c'est ma conviction profonde: l'éthique face à une info ne tient plus au titre prestigieux pour lequel on travaille, elle ne tient qu'à l'éthique ou la complaisance, le courage ou la paresse de celui qui écrit.

La deuxième nouvelle m'est arrivée d'Aurélie, de Burson Marsteller, qui me tutoie comme si nous nous connaissions depuis toujours. Je vous épargne le mail cette fois, mais il faudra un jour partager avec vous le ton "baba cool, tous frères" des relationnistes dès qu'ils s'adresse à un blogueur. C'est un peu schyzophrénique quand on est journaliste/blogueur. Comme journaliste, on nous envoie un communiqué et on est très déférent. Comme blogueur, on est potes. Bref.

Aurélie donc m'annonce la publication d'une nouvelle étude de son gentil employeur, BM, un des majors des RP mondiales pour ceux qui l'ignoreraient, au thème plein de charité : " la crise des médias traditionnels ". De quoi faire saliver le gentil blogueur qui déteste ( cliché répandu ) le méchant journaliste snob. Le type d'études qui fait le bonheur de BM bien sûr. Avec en accroche dans le mail d'Aurélie "mon amie", un chiffre : "Plus de 80% des journalistes interrogés se déclarent fortement impactés par la crise et la montée en puissance du digital "

Le rapport complet est dispo ici.

Globalement, il enfonce des portes relativement ouvertes depuis plus de 5 ans. Mais disons qu'il est intéressant pour sa zone géographique totalement complémentaire ( Europe , Moyen Orient et Afrique ) et constate que sur la planète média, rien ne va plus. Manque de temps, manque de moyens, manque de lecteurs, dur dur d'être journaliste en 2010 et ce quel que soit l'endroit.

Réalisée à partir d'entrevues de journalistes d'expériences, on y trouve surtout des citations éclairantes vantant généralement le fait que les professionnels des RP sont devenus plus professionnels, qu'ils comprennent mieux les attentes et les besoins des journalistes. Bref qu'entre RP et journalistes, c'est désormais l'entente cordiale.

En somme la crise des médias est une excellente affaire pour les agences de RP. Je doute que leur regain de professionnalisme soit une raison valable à leur regain de popularité dans les salles de presse. Le mail d'Aurélie est en la preuve : les relationnistes marchent aux recettes et à l'envoi massif, à leur du blog et du réseau social comme à l'époque du communiqué de presse…

Ce qui est certain en revanche, c'est que ce relatif "affaiblissement" des barrières du monde journalistique est une opportunité pour les marques. Car au fond, si les marques court-circuitent les médias pour parler en direct à leur consommateurs ( via notamment les réseaux sociaux, les blogs, etc… ), elles pourraient aussi décider de se passer de ces médiateurs que sont les relationnistes. C'est un effort. Mais au final, elles pourraient découvrir qu'en abordant les journalistes avec une certaine transparence, elles tracent un sillon plus durable et plus payant sur le long terme …

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le bonheur est dans les RP, la suite »

  1. Bonjour,
    Je me permets ce petit commentaire…
    J’ai vu que notre étude vous avait tout de même intéressée : désolée néanmoins si mon email vous a semblé intrusif. Ce n’était pas l’objectif.
    Quant à l’étude, plus de « d’enfoncer des portes ouvertes », elle confirme à notre sens une situation que vous aviez sans doute comme nous pressentie certes, mais les chiffres sont là.
    Je ne vous apprends rien si je vous dis que chacun a sa propre culture de la blogosphère. Pour ma part, oui, j’ai l’habitude (fâcheuse ?) d’utiliser le tutoiement dans les emails aux blogueurs (rassurez-vous, je tutoie aussi certains journalistes). Ce traitement de faveur est plus pour moi le signe d’un lien professionnel. Mais pourquoi cette familiarité ? Moi-même blogueuse et adepte de Twitter, je connais bien (virtuellement ou dans la vie réelle) bon nombre des blogueurs à qui je m’adresse régulièrement et ose donc (avec affront?) le « tu ». Jusqu’alors, personne ne m’avait dit être choqué par cette approche. Quoi qu’il en soit, je note votre souhait d’être vouvoyée et j’espère que cela n’empêchera en rien à l’avenir l’intérêt que vous pourrez porter à nos futures publications.
    Vous vous êtes peut être demandé pourquoi j’ai souhaité informer les blogueurs de cette étude ? Il y a quelques semaines, vous avez du recevoir de ma part également une étude sur l’utilisation des réseaux sociaux dans les grandes entreprises. Je l’avais également transmise à certains blogueurs qui semblaient à l’écoute de cette problématique. Il s’est avéré qu’elle a été particulièrement bien accueillie et que bon nombre d’entre eux m’ont remerciée. C’est donc dans la même logique que j’ai souhaité adresser cette nouvelle étude à ces mêmes personnes dont vous.
    Voilà, c’est dit et de mon côté, je continue à suivre votre blog avec attention.
    A bientôt.
    Amélie (Aurélie, c’est joli aussi mais c’est pas moi)
    De Burson-Marsteller (Burston, c’est quand même plus dur à prononcer non ?)

  2. Chère AMELIE, primo, désolée pour ma dyslexie. Secundo, quand même convaincue de ne pas avoir appris autant avec cette étude qu’avec la précédente ( que je n’ai pas eu le temps de traiter mais que je garde en réserve ). Chose certaine, j’ai eu tort de vous classer trop vite dans la catégorie des relationnistes inondant de communiqués la blogosphère sans jamais faire de suivi : ce commentaire tout à votre honneur démontre qu’au contraire, vous êtes plutôt dans l’apprioche personnalisée qui conditionne l’intelligence et le succès d’une campagne de RP. Quant au ton chumy-chumy un peu articificiel de la blogosphère … je reste sceptique. Aucun problème sur le tutoiement entre blogueurs ( 15 ans de Québec de toute façon , çà estompe le vouvoiement ), mais plus facile quand on a au moins échangé une fois ? et surtout ce n’est pas tout à fait la blogueuse Amélie qui m’écrivait sans me connaître, mais un peu beaucoup la pro des RP de Burson , diffusant l’étude menée par sa boite non ? Globalement, sans rancune et mea culpa pour les coquilles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s