People contre Mr Nobody

montageNK
À voir le défilé ininterrompu de mannequins vedettes, de  sportifs ou d’actrices envahir les écrans pubs de l’Oréal  – ou Revlon ou Dior ou Gillette… -, on finirait bien par admettre que les stars ont un impact conséquent sur l’efficacité ( on ne parle même pas des ventes) des messages les employant…

Une étude américaine remet pourtant la bonne vieille recette du porte-parole en cause. Ace Metrix,  une firme américaine de recherche sur l’efficacité des annonces télé, vient de livrer les résultats d’une vaste enquête sur l’efficacité des spots télé dont les produits ou services sont endossés ou cautionnés par des célébrités.  L’enquête a été menée aux USA, mais on peut raisonnablement penser que les résultats sont transposables au Canada et à la France. Visiblement, les vedettes font vendre davantage d'exemplaires de magazines que de produits ou services…

Lire la suite

Publicités

Le nouveau consommateur n’est pas un crétin, c’est votre femme*

Capture d’écran 2011-01-12 à 23.01.23

Quelle meilleure date pour parler consommation que celle de l'ouverture officielle des soldes en France ( amis québécois, rien n'échappe aux réglements en France pas même les soldes dont les dates font l'objet de décrets officiels ). Pas très loin derrière la consommation, le sujet à la mode : le "nouveau consommateur".

Depuis l’avènement des nouvelles technologies, depuis le choc de la dernière crise, depuis que l’écologie est devenue une valeur montante, on parle beaucoup d’un nouveau consommateur: citoyen, engagé, averti… Les sondeurs ne cessent de le sonder et de l'agréger en grappes. Des publicitaires écrivent des livres pour le décrypter et nous en donner les clés. Des agences surenchérissent d'expertise quant à la compréhension de ce "nouveau consommateur" qui laisse les marques, les pôvres, déboussolées. Les médias généralistes surtout ne manquent pas une occasion de nous en parler, vraie tarte à la crème. Le nouveau consommateur a même son magazine.

Ce nouveau consommateur serait écologique, rusé, volage, à l’affût des bonnes affaires, refuserait la consommation de masse, rejetterait la publicité, privilégierait une relation engagée avec les marques…. Si tout cela était vrai et ce n’est pas prouvé, faut-il pour autant crier à l'avènement d'un "nouveau consommateur" ?

Lire la suite