Le « petit » de trop

Capture d’écran 2011-11-07 à 20.55.40

C'est une formule assassine qui résume parfaitement l'état d'esprit français sur cette discipline, ce métier qu'est la communication: elle suinte le mépris.

Elle est signée d'un journaliste célèbre en France, bon écrivain également ( lisez ses "Batailles de Napoléon", étonnantes ), dans l'édito d'un grand hebdomadaire.

Bien sûr, il y est question de communication politique… discipline ô combien méprisable comme chacun sait: le monde entier s'est prosterné devant les conseillers com' d'Obama en 2008, mais hors des frontières américaines, les spin doctors redeviennent des moins que rien. Et quelle hypocrisie formidable, quand on sait à quel point les journalistes font partie du système en vendant leurs services de media training à tous les politiques et chefs d'entreprises demandeurs. 

Laurent Joffrin parle de politique mais il ne se passe pas une semaine de ce côté-ci de l'Atlantique sans que j'entende une remarque du même tonneau sur la "com' ". Ah la com'… Toujours là pour colmater les brèches, éteindre des incendies, en créer parfois ( " faut qu'on parle de nous !" ). Pubeux, enfants de Séguéla, marketeurs … En France , vous dîtes " la com' "  ( abréviation condescendante et bien symptomatique ) et tout est dit: les effets de manche, l'enfumage, la bullshit. 

Ce qu'exprime "ces petits messieurs de la com", c'est un immense retard, c'est le poids d'une autre époque. Une forme d'ignorance et d'inculture made in France. Qui, dans sa grande majorité, pense que communiquer c'est:

  • mentir … alors que la transparence numérique l'interdit; 
  • travestir les faits …quand il s'agit surtout de choisir de bonnes histoires;
  • caricaturer à gros traits … quand la bonne communication est affaire subtile et intelligente;
  • un travail à la surface des choses… alors que c'est au contraire dans le dur, la réalité et le tangible que les meilleures campagnes de communication se construisent.

Oserons-nous l'écrire ? La communication est stratégique: les grandes marques ( et leurs créateurs ) l'ont compris depuis longtemps.


Faut-il encore invoquer Apple, Virgin, Nike ou Ikea ? Faut-il rappeler qu'aujourd'hui pas un pays, pas une ville, pas un village qui n'ait un logo, un slogan, une tentative de positionnement.

La communication, c'est effectivement un métier. Certes, il comporte sa part non négligeable de charlatans, à qui l'on doit en partie cet état de fait. Mais il a aussi son lot de vrais stratèges, de tacticiens brillants, de créatifs qui font la différence.

Presque partout dans le monde, bien communiquer, bien vendre est un atout: pourquoi faudrait-il qu'en France cela soit un gros mot ? Et pourquoi le pays du verbe et des idées renierait-il ce qui faisait hier sa gloire et pourrait encore aujourd'hui faire partie de ses forces ??? 

La communication n'est pas du vent, elle est un capital essentiel au 21ième siècle: bien pensée et surtout bien exécutée, elle vaut cher. Elle doit être discutée et choisie au plus haut niveau car elle est vitale. La communication n'est pas un métier d'artiste ou d'amuseur: c'est une formule chimique qu'on doit chaque matin réinventer, en respectant des fondamentaux et en sortant le plus souvent possible des sentiers battus. 

On peut la mépriser: on risque juste de rester… petits.

"il y a des temps où l'on ne doit dépenser le mépris qu'avec économie, à cause du grand nombre de nécessiteux ". Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s