De toute beauté

Capture d’écran 2012-01-29 à 18.26.55

Pour une fois ce sera court.

Car il y a encore, dieu merci, des pubs un peu miraculeuses et des créations qui comprennent tout de ce qui fait l'attrait et la justesse d'un média. Une belle affiche, çà fait mouche en une seconde et c'est la beauté de ce médium, qui vous attrape au coin d'une rue, dans la voiture, ou en l'occurence en arrivant pour prendre un métro à Paris.

L'affiche est celle du Prix d'Amérique Marionnaud ( ci dessus ). Le Prix d'Amérique est, pour ceux qui l'ignoreraient, une course mythique de trotteurs: le championnat du monde de trot attelé, qui réunit les meilleurs chevaux du monde dans la discipline. Elle se court depuis 90 ans le dernier dimanche de janvier et passionne des millions de gens dans le monde, suspendue pendant une minute 12 secondes à leur écran.

Pour ceux que ce sport indiffère, elle est dotée d'un prix d'1 millions d'euros : voilà qui réveille la passion des plus allergiques 🙂 Pour l'anecdote, le gagnant du jour ( puisqu'elle se courait aujourd'hui à Paris ) s'appelle Ready Cash: à 500 000 € la minute 12 (son temps sur 2700 m), disons qu'il porte bien son nom 🙂

La campagne qui fait la promotion de la course est juste brillante puisqu'elle réunit deux univers d'un trait de crayon, littéralement. Marionnaud est une enseigne française, chaîne de magasins  dédiés à la beauté et où le maquillage tient une bonne place. D'où la poussière qui s'envole et s'égrenne sur le dessin d'une grande pureté: de la poudre, du blush, du fard, peu importe. Entre la terre de la piste et le fusain du dessin, le pinceau qui maquille et la poussière de terre qui s'envole sous les sabots, c'est la fusion entre un sponsor et son sujet qui s'exprime. ( le film de bande annonce le détaille sobrement sur le site ).

Les logos sont sages, la DA impeccable laisse toute la place au slogan et au visuel conçu par l'agence Place du Marché ( groupe Makheia ) pour Le Trot (le client, organisateur de la course).

Cerise sur le sunday … le site de l'événement comprend un jeu en réalité augmentée. On peut donc faire de la belle création à "l'ancienne" sans s'empêcher un peu de modernité, commanditer un événement tout en s'appropriant les codes de son univers pour mieux les sublimer. Quand la passion de la beauté rencontre la beauté de la passion, tout le monde gagne.

Publicités

Quand le Bauhaus faisait de la pub

IdeAdpictureberlin 

On a tendance à l'oublier, tant les avancées de l'école du Bauhaus en architecture ( Mies Van der Rohe ) et design d'objets ( Breuer, Mies encore ) dominent encore l'époque presque un siècle après leur création : Walter Gropius, fondateur du mouvement, croyait aussi beaucoup à la discipline publicitaire. 

Dans les années 20, la pub en est pourtant encore à ses balbutiements. En France, émergent déjà de grands talents d'affichistes mais dans une toute autre veine que les affiches du Bauhaus, où le graphisme et l'abstraction triomphent.

Même si Gropius a démarré l'école à Weimar, le mouvement sera présent à Berlin et c'est dans un building dessiné par Gropius que sont situées les archives du Bauhaus.

On y trouve une mini section sur les affiches publicitaires, qui ne regroupe que les pubs créées pour des marques ( le Bauhaus a aussi beaucoup utilisé les affiches pour sa propre promo comme la célébre ci dessous ). 

Lire la suite

Munitions pour tenir jusqu’à l’été

Lacoste26 

Montréal sent presque le printemps: la neige a fondu, les fleurs émergent. Il fait 6° C, il pleut mais c'est presque le bonheur. En France, on désespère : après une semaine glaciale ( 7-8 °), il fait 11° mais il pleut, les oiseaux chantent mais c'est toujours l'hiver 🙂

Heureusement qu'il y a la pub. Pour éclairer un peu l'horizon de nos magazines ou nous arracher un sourire au coin de la rue. Deux marques excellent à l'exercice et nous donnent quelques munitions pour tenir encore quelques semaines avant le retour de la chaleur. Et ce n'est ni le Club med, ni Cuba.

Un rocher nommé désir

Lire la suite

1 an, toutes ses dents

Capture d’écran 2009-11-28 à 18.57.45 

 

IdeAd a un an. A l'échelle d'un blog, une éternité mais l'envie et la curiosité du départ sont intactes. Evitons les "post-mortem" ( expression qui fait toujours sourire les français ), au diable le "debriefs " ( qui font froncer les sourcils des québécois ), le retour sur expérience sera bref. D'autant que j'ai du rattrapage et quelques annonces "bonnes cause" à faire.

Comme pour bien des blogs, le démarrage fut encourageant, pas fulgurant. IdeAd s'est construit tranquillement et sûrement. J'ai vite constaté la suprématie de l'abonnement RSS sur l'email. Autre constat, qui me ravit : la France et le Canada sont à égalité dans les statistiques de fréquentation. Ce trait d'union virtuel dans le monde francophone était la première motivation de création de ce petit média. Pari tenu, grâce à vous (  même si en belge, j'ai des lacunes ! )

Le plus étrange phénomène fut la montée en puissance de la fréquentation pendant l'été alors que la fréquence de publication avait chuté drastiquement : presque un peu vexant non ? 

J'en ai tiré une conclusion : n'ayant jamais trop su faire dans l'anecdotique, dans l'opinion à tout crin, autant réduire la voilure et développer un rendez-vous hebdomadaire consistant. L'actualité brûlante refroidit très vite et il y a des millions de blogs qui se battent pour le scoop. Ce ne sera jamais vraiment le cas d'IdeAd.

Et justement, c'est le prétexte pour sauver quelques sujets "orphelins", de ceux qu'on se dit qu'on va faire et qui sont chassés par un autre, plus "neuf'.  Avec un peu de retard, quelques mots sur
une campagne qui fut diffusée l’été dernier…quand on aime, il n’est jamais
trop tard 🙂

Lire la suite

 » Plus gros, le logo ! « 

Idead:confo:draft


Le chemin est long, très long, du concept à l'exécution finale d'une pub. La preuve en images avec Conforama. Ci dessus, l'exécution envoyée aux médias par l'agence Draft FCB, qui met en valeur le travail du photographe Jean-Yves Lemoigne ( shoot hélicoptère à Chamonix )… et qui en oublie presque la ligne ( "pourquoi se priver d'un bon lit" ), le logo, la réduction de -25 % , etc… 

Ci-dessous, la vraie vie. Rencontrée brutalement au détour d'un rond-point à Nantes. Ça se passe de commentaire, et tous les beaux discours sur la relation client/agence ( dont on nous parle abondamment dans les médias spécialisés de la com') en prennent pour leur rhume. On comprend bien l'intention de Draft cela dit, en pleine reconquête de territoire créatif…

Lire la suite