Munitions pour tenir jusqu’à l’été

Lacoste26 

Montréal sent presque le printemps: la neige a fondu, les fleurs émergent. Il fait 6° C, il pleut mais c'est presque le bonheur. En France, on désespère : après une semaine glaciale ( 7-8 °), il fait 11° mais il pleut, les oiseaux chantent mais c'est toujours l'hiver 🙂

Heureusement qu'il y a la pub. Pour éclairer un peu l'horizon de nos magazines ou nous arracher un sourire au coin de la rue. Deux marques excellent à l'exercice et nous donnent quelques munitions pour tenir encore quelques semaines avant le retour de la chaleur. Et ce n'est ni le Club med, ni Cuba.

Un rocher nommé désir

Lire la suite

Publicités

Quelques grammes de pub dans un monde de brutes

Deux média français du milieu de la com' ont lancé récemment ( voire aujourd'hui dans le deuxième cas ) des campagnes d'autopromotion. Totalement distinctes dans la forme et dans les objectifs, elles tombent à point pour évoquer la publicité traditionnelle, qu'on enterre toujours trop vite et qui fera encore courir les foules à Cannes la semaine prochaine…

Le tonton flingueur des vieilles ficelles 

Image 5


Lire la suite

Du branded content en 1829

IdeAd:breguet
Je suis tombée récemment sur cette double page magazine ( tirée du Time, numéro « 100 world’s most influential people » ). Il s’agit d’une publicité pour la prestigieuse marque de montre Breguet, née en 1775…

Vous pouvez y lire comme moi que Pushkin n’hésitait pas à faire entrer la marque dans son roman, de manière avantageuse ( cette montre est un vrai compagnon qui veille ), en 1829. Il s’agit sans nul doute d’y définir un peu mieux ce personnage de dandy, de le qualifier davantage dans l’esprit du lecteur du XIX ième siècle.

Si la facture, un peu trop classique ( deuxième page très convenue, avec gros plan sur le produit, comme toujours dans l’horlogerie ), ne rend pas hommage au caractère étonnant de son contenu, cette publicité n’en demeure pas moins efficace tant la date, le prestige de l’auteur interpellent. On oublie trop souvent que les marques ne sont ni une invention du marketing, ni même du XX ième siècle. Elles font partie du quotidien des hommes depuis des lustres et c’est pour cette raison même que les plus braves d’entre elles résistent aux outrages du temps.

Par ailleurs, ce concept m’a rappellé les polémiques en 2003-2004 sur certains auteurs britanniques…

Lire la suite

La conquête de l’espace vert

Idead:evergreenman




























Je sais, vu de France, le Cânaaadâ rime avec grands espaces, nature sauvage, Céline dans son kayak et animaux à tous les coins de rue. Même s'il y a du vrai dans tous les clichés ( les ratons laveurs et les écureuils infestent effectivement les ruelles de Montréal ), il existe une réalité plus prosaïque : si les américains viennent au Canada pour tourner leurs séries policières à succès, c'est qu'on regorge aussi d'univers urbains ressemblant à s'y méprendre à cette grosse pomme qui fait rêver les frenchies. Du coup, la campagne ci-dessus pour la fondation Evergreen est une belle façon de réconcilier rat des villes et rat des champs.

Le "urban way of life " constitue le quotidien de la majorité des Canadiens. À titre d'exemple, la région montréalaise concentre environ 3,7 millions d'individus ( 1,8 millions juste pour Montréal ), sur une population totale de 7,5 millions… Or, comme le mentionne fort bien Martin Beauvais, directeur de création de ZIG Toronto, qui a conçu la campagne : " les études démontrent bien que réintroduire activement la nature en ville n'a que des vertus: c'est bon pour la santé, ça augmente la valeur des maisons, ça diminue la criminalité, etc… " Ça évoque la "théorie du carreau cassé " dans Tipping Point ( Malcom Gladwell ), pleine de bon sens.

C'est en tout cas la vocation d'Evergreen, association à but non lucratif créée en 1991 ( tiens, déjà la crise ). Reboisez Toronto ? Je sens le septicisme des lecteurs parisiens*.

Lire la suite