Le prix de la vertu pour Coke et autres nouvelles éclairantes

Sunn

Une revue de presse/web est toujours un exercice subjectif. C'est aussi une excellente manière de flairer l'air du temps, pas toujours aussi pluvieux que ce dimanche et d'avoir, dans cette époque trouble, quelques éclairs de lucidité sur la révolution en marche dans l'industrie de la com" et des marques. De la semaine passée, quelques lectures / infos inspirantes.

 • 33 millions d'euros, le prix de l'innocence pour Coke ? C'est en tout cas le montant investi par la firme d'Atlanta dans la société de smoothies britanniques Innocent ( voir précédent billet sur cette success story). Participation minoritaire mais non négligeable pour une entreprise de 116 millions d'euros de CA ( 2008 ), qui a fort affaire avec la concurrence soudaine de Tropicana ( propriété de … Pepsico ). Le quotidien Libération ne rate pas l'occasion d'épingler toutes "ces multinationales tentant de se racheter une virginité" avec des marques bio, éthiques et écologiquement responsables : et de citer l'exemple de Ben & Jerry ( Unilever ) ou L'Oréal ( qui a racheté Sanoflore, marque bio française ainsi que Body Shop ). Pour Libé, il est clair que ces mariages d'affaires signifient la fin des vertus des marques rachetées : elles passent à l'ennemi. Pourtant, dans le cas d'Innocent, il est tellement clair que la bataille se joue ( comme presque toujours dans la guerre des colas ) sur la distribution qu'on ne peut que comprendre la nécessité de l'entreprise de s'allier à plus fort qu'elle. Tropicana a mis 6 semaines a être référencé dans 90 % des points de vente alors qu'Innocent a mis plus de 2 ans à toucher un tiers d'entre eux ! Dur de lutter dans ces conditions, belles valeurs ou pas… Par ailleurs, je ne suis pas prête à parier sur le fait qu'Innocent perde ses attributs et son attitude, et se fasse " siphonner " par Coke ; elle peut servir de laboratoire de marketing éthique;  au pire, d'alibi vertueux dans les rapports annuels… Dans l'immédiat, cet argent frais lui permet enfin de penser à son développement et de baisser la pression en temps de crise. Pour les marques comme pour les hommes, c'est un peu "struggle for life" ces jours-ci 🙂

la pub en crise ne fait pas pleurer tout le monde

Lire la suite

Publicités

La banque qui vole à votre secours

Idead:DAily telegraph


Dur métier tout de même : passer quelques heures sur la plage de Bondi, spot de surf et lieu emblématique de la culture australienne, pour découvrir une belle initiative de brand visibility, originale et pourtant vieille de 35 ans. Mieux, la marque à l'origine de ce marketing éthique avant l'heure n'est autre qu'une banque : Westpac, une des premières institutions bancaires australiennes.

En France, on est habitués à la pub aérienne avec ces grandes bannières derrière des petits avions survolant les plages. Ici, la pub aérienne prend un tout autre sens. Depuis les années 70, Westpac sponsorise 2 des 6 ou 7 hélicos d'intervention médicale de l'état du New South Wales ( Sydney ). Ils sont aux couleurs de la banque et tout le monde ici les appelle les "Westpac helicopters". On les voit notamment survoler les plages de Sydney, afin d'éviter les attaques de requin. Et j'avoue qu'en découvrant le journal ce matin et le requin en haut à droite de la couverture du Daily Telegraph, j'ai repensé à ma baignade d'il y a deux jours à Bondi sous un autre angle !


Lire la suite