4 millions Rollerbabies

Image 1 
C'est un petit clin d'oeil hommage au film de Clint Eastwood , ou comme l'aurait dit Sega à une autre époque : les bébés Evian, c'est plus fort que toi. La marque de 4 millions de vues vient d'être franchie aujourd'hui, quelques jours après le lancement officiel du nouveau film "Rollerbabies" (site officiel : live young ). Marion Cotillard dans le film LADY DIOR a fait 1 million en un mois il me semble et c'était pourtant un excellent score… 

Je n'avais pas vraiment embarqué sur les teasers de cette campagne savamment orchestrée par l'équipe de BETC Euro RSCG et de Rémi Babinet/ Mercedes Erra. Visiblement, je suis la seule 🙂

Lire la suite

Publicités

Lapins crétins, stratégie brillante ?

Idead-lapincretin

Découvert hier, l'habillage de la page d'accueil du Figaro.fr ( un site à forte audience ) par le nouveau Grand Scénic de Renault vient contredire l'idée que la pub web serait en perte de vitesse et d'efficacité : mettez-y quelques Lapins Crétins ( tirés du célèbre jeu vidéo éponyme ) et tout de suite, on a envie de cliquer.

On aboutit alors sur un site spécialement conçu pour la campagne où après une intro réussie, on tombe sur 7 vidéos ( pas toutes en ligne encore ) où ces sympathiques crétins testent la voiture.

Lire la suite

Music power : un ratage, une réussite

Depuis que la pub radio existe, la musique et la pub entretiennent un lien unique. Personnellement, les pubs qui m'ont le plus marqué avaient toutes la musique comme acteur principal. Mémorisation, distinction, différenciation : le travail sur la musique en pub m'a toujours paru fascinant. Le parallèle entre l'industrie du disque ( en faillite virtuelle depuis 10 ans maintenant ) et l'industrie publicitaire ( en difficulté existentielle depuis dix ans aussi ) n'a fait que renforcer les liens. Mais il y a aussi de vrais ratés…

Salutaire méchant billet d'Olivier ( Blog de nuit ) ce matin, sur le partenariat entre Dove et la chanteuse française Yelle. J'ignore si sa notoriété s'étend jusqu'au St Laurent mais disons qu'en France, elle est un peu la saveur du mois depuis …. 2/3 ans déjà. Sur papier, cette alliance a dû sembler stratégique et pertinente à la marque Dove, qui lance un gel douche " Fresh" : rajeunissement de sa clientèle et effet mode garanti… ou presque. Le viral n'est jamais garanti, il suffit de voir le titre de la vidéo, reprise par un internaute sur Youtube !


Lire la suite

Buzz degré zéro

Idead:cuisinella

Je me suis beaucoup questionnée avant de parler de ce message Cuisinella. Donner de la visibilité à quelque chose d'aussi mauvais, même pour en tirer quelques leçons, est-ce utile ?

Mais puisque la blogosphère française semble globalement apprécier, une voix discordante ne sera peut-être pas de trop ? Car visiblement, tout le monde a peur face à ce genre de vidéo: peur d'avoir l'air réac, de manquer d'humour, et quand on est du sexe féminin, d'avoir soudain l'image d'une chienne de garde dépassée.

Rien de tout ça dans le jugement que je porte sur cette vidéo que je vous laisse découvrir vous même, sur le site spécial de l'annonceur

Lire la suite

Short Cut ( top 3 de la semaine )

Idead:figaro

Le chiffre de la semaine 

58 % de français pensent que 2009 ne sera pas une bonne année. Comme souvent depuis que je suis de retour dans le cher pays de mon enfance, je constate que pour le pessimisme, la France possède une grande longueur d'avance. 

Et au Québec, vous en êtes où ??? Aux dernières nouvelles, le consommateur québécois ne se laissait pas abattre et même les vendeurs de "chars" gardaient le moral. La confiance a-t-elle un impact important sur l'économie ? C'était tout le propos de l'édito de Jean-Marc Vittori dans les Échos mardi. Il souligne l'influence des médias dans cette perception ( s'excusant du regard pessimiste porté par les journaux sur l'avenir, qui influe sans doute sur le traitement des nouvelles ). À cet égard, il semble que la télé soit bien plus anxiogène que les journaux ( voir étude du Maryland dans ce post )… 

" La confiance, c'est l'explication des économistes quand ils n'ont pas d'autres explications", écrit-il. 

Pas sûr que ça nous rassure ! Mais comment avancer quand tout le monde se complait dans la contemplation de ce qui ne va pas bien et l'attente anxieuse de ce qui pourrait être pire ? 

Lire la suite

Diamonds are boy’s best friend

Image 4

Bel exemple de campagne intégrée signée Saatchi & Saatchi NY et Razorfish pour l'américain JCPenney. Tout y est, une vraie campagne web, du viral, de l'interactivité, du community management via Facebook, avec une touche innovation réelle dans son utilisation. Les hommes y sont un peu malmenés, mais au pays des féministes les plus ultra, plus rien ne nous étonne.

Le principe est simple : pour encourager les hommes à ne pas faire de bourdes en matière de cadeau de Noël, on leur présente un scénario cauchemardesque, où la punition s'appelle "la niche du chien". Mais pas n'importe quelle niche… On n'est pas loin de "Vol au dessus d'un nid de coucous" dans cette fausse niche/ vraie prison ( grâce au réalisateur Bryan Buckley, récompensé aux Emmy Awards). Surtout, la campagne, conçue pour le public féminin, invite toutes celles qui ont subi l'affront de recevoir une batterie de casseroles ou un bon pour une liposuccion à se venger et à envoyer "to the doghouse" leur charmant conjoint ( ou même leurs amis masculins, via l'application Facebook ). Plusieurs médias américains se font l'écho de cette initiative dont Business Wire

La campagne venant d'être lancée, on ignore encore l'ampleur du phénomène mais créativement parlant, les ressorts utilisés reprennent de grands classiques des relations hommes/femmes outre-atlantique. L'homme de la pub y est presque toujours un idiot en puissance, sans manière ni prévenance particulière, tout juste bon à boire de la bière avec ses potes. Il suffit de revoir l'excellente campagne Budlight Institute, primée à Cannes, pour comprendre que ces braves types n'ont rien compris à l'amour ni aux femmes. Quant à la femme, elle est très souvent la plus maligne des deux, dominatrice et exaspérée par l'incompétence ou le côté mal dégrossi de son amoureux.

Dans "Beware of the doghouse" , la caricature est sympathique mais les clichés sont bien là, à commencer par le "coucouche panier" à la base du concept. Les femmes castratrices du tribunal feraient hurler Elisabeth Badinter… Mais je suis sûre que tout le monde y trouve son compte: les filles se défoulent en postant la photo du copain, les garçons sont probablement heureux de "payer virtuellement" et d'échapper à une dispute, et JC Penney, vous vous en doutez, compte bien transformer en achats sonnant$ et trébuchant$ ce jeu de dupes. Car bien sûr, la seule échappatoire possible à la geôle canine, c'est l'achat d'un petit bijou avec diamant "abordable" sur le site de l'enseigne. Où, je vous le donne en milles, sévit actuellement une promo de 40 à 60 % sur les bijoux diamants. 

Quelles que soient les réserves qu'on peut avoir sur l'"originalité" du principe créatif, la stratégie, la mise en place, et l'exécution forcent l'approbation. On s'amuse certes, on fait du viral mais en bout de ligne, c'est bien un call to action hyper efficace qui se profile. Des hommes pris au piège des "diamants abordables" de JC Penney ? Ah, le bling bling a encore de beaux jours 🙂